Le manteau bleu roi

manteaubleuroi

Depuis quelques mois, je m’étais mis une idée en tête : me trouver un manteau couleur bleu roi, long, coupe droite, je me voyais déjà gambader dans les ruelles de Bruxelles avec cette merveille sur le dos.

Le hic ? Je ne voulais pas acheter du neuf. Les achats en seconde main sont ceux que je préfère : les vêtements ont une âme, ils ont vécus et, en général, ils sont de meilleure qualité. Ça fait des années que je n’achète plus aucun vêtement neuf. Le seul problème avec la seconde main, c’est qu’il faut avoir de la chance et qu’il faut fouiller parfois pendant longtemps avant de tomber sur la perle rare.

Après quelques recherches infructueuses dans les boutiques habituelles de Bruxelles, j’avais presqu’oublié cette histoire de manteau bleu roi.

Un beau jour, je prévois d’aller faire un tour au Kringwinkel (shop de seconde main en Flandres) avec ma mère et ma soeur. J’en viens à repenser à cette histoire de manteau et une pensée traverse mon esprit : « et si je trouvais le manteau de mes rêve dans cette boutique improbable ? ».

Nous passons le seuil, ma soeur et moi sommes surexcitées (comme toujours) – il y a -50% sur les pulls et les vestes. Incroyable ! Déjà que tout coûte vraiment peu cher, si en plus ils réduisent de 50%, c’est presque gratos !

Je déambule dans le magasin avec cette idée en tête « et si le manteau de mes rêves se cachait dans l’un de ces rayons ? ».

Je farfouille dans des bacs remplis de t-shirts et autres pulls en laine. Je tourne en rond, je regarde à gauche à droite, à l’affût. Je ne dois surtout pas manquer un seul rayon et je dois être rapide pour trouver ce manteau avant quelqu’un d’autre !

Arrivée au rayon vestes pour femmes, mon regard est attiré par une très belle couleur : un bleu roi qui se cache parmi d’autres vestes aux couleurs foncées. Je m’empare du cintre qui contient ce bleu roi pour regarder à quoi ressemble le vêtement en question. Et là, je manque de tomber à la renverse : un manteau couleur bleu roi, long, coupe droite, le manteau de mes rêves.

Je l’essaie illico au milieu du rayon : il me va comme un gant. Je me vois déjà gambader dans les ruelles de Bruxelles avec cette merveille sur le dos.

Je l’achète, pour 4€. Ça valait le coup d’attendre.

(La photo a été prise lors de ma première sortie depuis mon retour de l’hôpital)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s